Ah le dimanche! Le jour où on se repose, on glande, on se la coule douce quoi. Et bien moi depuis un peu plus de deux mois, je consacre mes dimanches à faire mes longues distances de course, de plus en plus longues jusqu’au demi-marathon de Paris prévu le 5 mars. Dans le genre farniente on a trouvé mieux.

Du courage pour courir seule

Pour la première fois depuis que je cours, je me suis entrainée seule. Une petite tape d’encouragement sur l’épaule, j’ai été super disciplinée. Pourtant, m’entrainer sans mon groupe montréalais préféré fut une difficulté supplémentaire pas facile à surmonter quand les distances ont commencé à s’allonger. Un petit pincement d’angoisse quand on attaque 14 kilomètres, qui devient de l’histoire ancienne arrivée à 16 et une promenade de santé rendue à 18 qui plus est deux semaines de suite. Et voilà qu’arrive le fameux dimanche où il faut faire 20 kilomètres, dernière étape avant le 21,1 final.

Ce grand moment de solitude

Seule face à ma paire de running je commence à me sentir toute chose et bizarrement on dirait que je commence à avoir un peu mal au dos. J’ai comme un sentiment de lassitude qui m’envahit. Horreur!! Je ne vais quand même pas reculer si près du but. Vite! trouver une nouvelle motivation. C’est là que je vois les jolies petites palmes courtes que je me suis achetées et qui me promettent des jambes de gazelle…

Mes mini palmes du dimanche

Quoi? Il y en a que ça fait rire? C’est le moment ou jamais de les étrenner. Donc trois petits kilomètres pour aller à la piscine, tout plein de longueurs en palmes et retour trois kilomètres encore. Fastoche!! Aller hop! C’est parti!! Musique dans les oreilles, super soleil, ça sent le printemps, je suis hyper motivée, la piscine en vue…. Nooooon!!! Je suis partie sans argent sans papiers sans carte de métro….

Il parait que quand on n’a pas de tête on a des jambes. Je confirme. Trois kilomètres dans l’autre sens, ramasse tes affaires petite étourdie et repart pour 3 autres. Me semble que ça fait 9 ça? #taspasenviedecourirbentucoursquandmême.

Il est pas beau mon pug?

Comme j’ai un joli sac sur le dos, en générale je me fais un peu remarquer. 

sac pugly - le dimanche

Alors rien que d’imaginer la tête des gens, tranquillement attablés pour leur brunch dominical, me revoyant passer 4 fois de suite avec mon petit pug, je me marre toute seule. Bilan de ma distraction et de mes actes manqués : 12 km et 1500m de piscine en palmes. C’est pas beau ça? 

Et vous? Vous faites quoi de vos dimanches?